sainbiosis

02 juin 2017

Houmous aux haricots mungo et à l'oseille

houmous oseille mungo

Je passe en coup de vent en ce début de long week-end pour vous présenter un des derniers houmous préparés chez nous, qui a été très apprécié par la grande princesse sainbiosis. Un houmous tout vert, printanier, fort en goût grâce à l'ail et surtout à la saveur piquante et acidulée de l'oseille, dont c'est la pleine saison (dans notre jardin du moins).

Avez-vous l'habitude de cuisiner cette plante herbacée ? Moi, pas tellement. A part des petits flans il y a cinq ans (!) et le classique velouté que je prépare comme celui au cresson, rien à signaler jusqu'à aujourd'hui. Mais ce houmous sera sur ma to-do list printanière toutes les prochaines années, c'est sûr.

oseille1 oseille2

La saveur de l'oseille se rapproche de celle de sa cousine sucrée la rhubarbe. Si vous aimez cette dernière, vous devriez aimer l'oseille ! Comme la rhubarbe (et les épinards d'ailleurs), elle est riche en acide oxalique, qui diminue l'absorption du fer et du calcium. Cependant, comme elle est également riche en vitamine C qui, elle, favorise l'absorption du fer, et que j'ai ajouté plein de sésame riche en calcium, tout cela ne me semble pas dramatique. Et comme en plus elle est pleine d'antioxydants, ne dites jamais non à un petit houmous à l'oseille.

Et vous, que faites-vous avec un beau bouquet d'oseille ?

Bon week-end gourmand !

Houmous aux haricots mungo et à l'oseille
(pour 1 petit saladier)

150 g de haricots mungo (crus)
1 morceau d'algue kombu
1 beau bouquet d'oseille (100 g)
2 cs très bombées de purée de sésame (tahin) semi-complet
2 gousses d'ail
Le jus d'1 citron
1/2 cc de sel de l'Himalaya (ou de mer gris)

Pour la déco :

2 cs d'huile d'olive vierge de première pression à froid
1 cc de graines de sésame blond complet, toastées
Quelques pâquerettes (oui, c'est comestible !)

Faire tremper les haricots mungo dans un grand saladier d'eau (filtrée si possible) pendant 24 heures. Rincer soigneusement et égoutter, puis les placer dans une casserole d'eau froide avec l'algue kombu, porter à petite ébullition et laisser cuire à frémissements pendant 30 minutes.

Pendant la cuisson des haricots mungo, équeuter, laver et égoutter les feuilles d'oseille. Éplucher et laver les gousses d'ail.

Égoutter les haricots mungo et retirer l'algue kombu*.

Placer tous les ingrédients dans le bol d'un mixeur ou d'un blender et mixer finement.

Transvaser dans un grand bol, arroser d'huile d'olive, saupoudrer de graines de sésame, ajouter les pâquerettes et réserver au frais, couvert, jusqu'au moment de servir (au moins 1 heure pour que les saveurs se développent).

* Utilisez-la dans un tartare d'algues, par exemple.

Variantes

  • Remplacer les haricots mungo par des pois chiches ou toute autre légumineuse de votre choix (mais la couleur ne sera pas aussi sympa avec des lentilles corail, pour sûr).
  • Remplacer l'oseille par d'autres feuilles : fanes de radis, de betterave, de carotte ou de navet, épinards, kale, etc.
  • Remplacer la purée de sésame semi-complet par de la purée de sésame blanc.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.


13 mai 2017

Sauce bolognaise (aux protéines de soja)

bolognaise pst1

Ah, la sauce bolognaise, un grand classique désormais en version végétale ! On en trouve à tous les coins de blog, au soja, aux lentilles, aux haricots azuki, aux noix, aux flocons de céréales ou de légumineuses et même aux champignons. Je n'en avais encore jamais fait. Pourtant, nous mangeons des pâtes tous les jeudis soirs, en prévision de la soirée sportive de monsieur sainbiosis. Mais il faut dire que nous sommes fidèles à notre coulis de tomate, ou à un simple filet d'huile d'olive avec un peu d'ail ou de basilic. Je ne regrette pas de m'être lancée car, avec les protéines de soja, le résultat est plutôt bluffant, dixit monsieur sainbiosis (je le crois sur parole car je n'ai plus aucun souvenir gustatif de bolognaise à la viande). Les princesses sainbiosis, elles, en redemandent.

bolognaise pst2 bolognaise pst3

Les protéines de soja, qu'est-ce que c'est ? Des protéines (oui !) déshydratées, extraites de la farine de soja déshuilée, qui se présentent en petits morceaux comme ici, en gros morceaux, voire en format "steak". Une fois réhydratées avec de l'eau ou un bouillon, leur consistance se rapproche de celle de la viande. Comme elles sont presque deux fois plus riches en protéines que la viande de boeuf, une ration de 50 g par personne est suffisante. A noter que, en dehors des protéines, elles ne présentent pas d'intérêt nutritionnel majeur. Ne les mangez donc pas seules... d'autant que leur goût ne présente pas d'intérêt particulier ! Il faut les cuisiner et bien les assaisonner pour en profiter. La version en petits morceaux est idéale pour remplacer la viande hachée, comme dans la sauce bolognaise.

Dans cette recette, on prépare un soffritto (littéralement, "rissolé"), qui est la base de nombreuses sauces de pâtes italiennes. Il s'agit d'un mélange de carotte, céleri branche et oignon (comme le mirepoix français), éventuellement additionné d'ail, doucement revenu dans de l'huile d'olive (de la meilleure qualité possible) avant d'ajouter la tomate (en coulis ou fraîche, selon la saison) et les autres ingrédients et de laisser mijoter. C'est LE secret de la saveur inoubliable des sauces de pâtes en Italie.

bolognaise pst4 bolognaise pst5

Les herbes fraîches sont indispensables et apportent de la profondeur aux saveurs de la sauce. Utilisez de l'origan si possible, ou du basilic, du thym, du romarin ou de la marjolaine. J'ai utilisé du thym citron du jardin avec ses jolies fleurs violettes.

Cette sauce se prépare sans problème à l'avance. Elle n'en sera d'ailleurs que meilleure. Il est également possible de la congeler ou d'en faire des bocaux.

Elle se déguste traditionnellement avec des pâtes longues (spaghetti, tagliatelle, fettuccine ou pappardelle), mais personne ne vous en voudra si vous la préférez avec des pâtes courtes (les choisir creuses, comme les penne, les macaroni ou les rigatoni, pour qu'elles absorbent bien la sauce). Les lasagnes à la bolognaise enrichies de sauce béchamel sont également délicieuses, tout comme les légumes farcis à la sauce bolognaise (tomate, courgette, aubergine, oignon).

A déguster avec du parmesan végétal : ici, ici ou ici.

Sauce bolognaise (aux protéines de soja)
(pour 8 personnes environ)

175 g de protéines de soja texturées (PST) (petits morceaux)
6 cs de tamari (sauce soja sans gluten)
4 belles gousses d'ail
2 oignons jaunes
3 branches de céleri
3 carottes moyennes
6 cs d'huile d'olive vierge extra
20 cl de vin rouge (optionnel mais délicieux)
3 feuilles de laurier
1 bouquet d'origan, basilic, thym, romarin ou marjolaine frais (ici, du thym citron)
1 l de passata (coulis de tomate nature, de qualité), voire plus si vous aimez les sauces plutôt liquides et très riches en tomate
1 cc bombée de sucre complet (rapadura)
Poivre noir ou cinq-baies fraîchement moulus, au goût

Verser les PST dans un petit saladier, ajouter 40 cl d'eau bouillante et le tamari. Mettre un couvercle et laisser reposer le temps de préparer les légumes (au moins 1/4 d'heure).

Préparer le soffritto : éplucher et laver l'ail et l'oignon. Laver le céleri et les carottes (éplucher les carottes si elles ne sont pas bio). Détailler tous les légumes en petits dés (pour gagner du temps, passer tous les légumes au mixeur à lame en S). Faire chauffer l'huile d'olive sur feu doux dans une grande sauteuse. Ajouter tous les légumes et faire revenir 10 minutes en remuant régulièrement.

Ajouter le vin rouge, mélanger et laisser mijoter jusqu'à évaporation.

Ajouter les PST, laisser cuire 2-3 minutes en remuant régulièrement.

Laver le laurier et les herbes fraîches, les ajouter à la sauteuse ainsi que tous les autres ingrédients, mélanger et laisser mijoter 30 minutes à découvert en remuant de temps en temps. Ajouter un peu d'eau si nécessaire.

Retirer le laurier et servir bien chaud avec les pâtes et/ou légumes de votre choix.

Variantes

  • Si vous divisez les quantités par deux, il faudra diminuer le temps de cuisson du soffritto à 5 minutes.
  • Varier les légumes du soffritto selon les saisons, et tant pis s'il n'est plus très orthodoxe ! Oignon nouveau, poivron, feuilles de céleri, poireau, fenouil, etc.
  • Remplacer les PST par du tofu émietté, des lentilles, des haricots azuki, des noix, des flocons de céréales ou de légumineuses, des champignons, etc.
  • Remplacer le coulis de tomate par des tomates entières en conserve ou des tomates bien mûres en saison.
  • Il est possible de préparer cette sauce sans ail.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

06 février 2017

Velouté de céleri-rave à la châtaigne

velouté céleri-rave châtaigne

Les princesses sainbiosis n'aiment pas le céleri-rave en salade ou rôti, alors il faut rivaliser d'imagination pour leur en faire manger avec plaisir. Les galettes de céleri-rave à l'alsacienne avaient déjà tout bon, et voici qu'un velouté enrichi de châtaignes vient s'ajouter à mon répertoire.

J'ai l'habitude d'utiliser les châtaignes avec les courges, comme dans cette recette-ci ou dans celle-là. Pourquoi diable n'ai-je pas pensé plus tôt aux légumes racines ? Cette soupe est véritablement un délice - douce, riche et parfumée. Ma pré-adolescente a même admis que c'était "presque bon" 😅. La petite princesse sainbiosis a tout englouti avec force "miaaam" et "hmmm". Servie avec des croûtons maison à l'ail et à l'origan, un peu de crème de soja et des graines de sésame toastées, elle n'a pas fait long feu.

Bonne semaine les gourmand.e.s !

Velouté de céleri-rave à la châtaigne
(pour 6 personnes)

1 bel oignon blanc
3 belles gousses d'ail
2 petits céleris-raves (450 g)
2 cs d'huile d'olive
300 g de châtaignes cuites
1 l de lait de riz

Éplucher, laver et émincer oignon et ail. Éplucher les céleri-raves, les laver et les couper en dés.

Faire chauffer l'huile dans une casserole sur feu moyen, y faire revenir l'oignon jusqu'à ce qu'il soit translucide. Ajouter l'ail et le céleri-rave et faire revenir 5 minutes. Ajouter les châtaignes grossièrement émiettées et le lait de riz. Portez à ébullition, puis laisser frémir 15 minutes à feu doux.

Mixer finement au blender ou avec un mixeur plongeur.

Servir tel quel, ou avec un peu de crème végétale et de graines toastées.

J'ai servi cette soupe avec des croûtons à l'ail et à l'origan que je prépare en faisant revenir le pain dans une sauteuse avec ail en poudre, origan séché et huile d'olive, jusqu'à ce qu'il soit bien doré. Rien de plus simple.

Variantes

  • Ajouter un panais (version testée et approuvée !) ou une carotte.
  • Remplacer le céleri-rave par un autre légume racine : panais, carotte, rutabaga, navet, etc. Ou par de la courge.
  • Remplacer le lait de riz par un autre lait végétal au choix : soja, amande, avoine, châtaigne.
  • Ajouter 1 cs de purée de noisette, de cajou ou d'amande au moment de mixer.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

28 janvier 2017

Chou-fleur entier rôti au sésame, au miso et au gingembre

chou-fleur entier gingembre

Bonne année du coq ! Bonne année 2017 ! Aujourd'hui, nous fêtons le Nouvel An chinois. Pour l'occasion, je vous propose une recette pas très chinoise mais aux saveurs asiatiques : un chou-fleur rôti entier ! Cela faisait longtemps que je voulais essayer, et je suis ravie du résultat (sans compter que la préparation est encore plus rapide que d'habitude puisqu'il n'est pas nécessaire de découper le chou-fleur).

chou-fleur entier gingembre1 chou-fleur entier gingembre2

J'ai vu l'idée du chou-fleur rôti entier pour la première fois chez Jamie Oliver et, depuis, elle a fleuri sur de nombreux blogs de cuisine. Il faut dire qu'une nouvelle idée pour cuisiner le chou-fleur, ça ne se refuse pas. Ici, rien de plus simple : on enlève les plus grandes feuilles, on enduit d'une sauce au choix, on fait cuire (longtemps) au four avec un fond de liquide, et voilà !

chou-fleur entier gingembre3 chou-fleur entier gingembre4

Chou-fleur entier rôti au sésame, au miso et au gingembre
(pour 4 à 6 personnes)

1 beau chou-fleur (1,2 kg environ)
6 cs d'huile de sésame grillé
2 cs de miso de riz
2 cc d'ail en poudre
2 cc de gingembre en poudre
2 cc de graines de sésame blond complet
1 cc de graines de sésame noir
2 cs de jus de citron vert
50 cl de bouillon de légumes

Laver le chou-fleur, retirer les plus grandes feuilles (les garder pour un wok de légumes par exemple), couper la base bien plate pour que le chou-fleur tienne bien droit, inciser profondément la base en croix. Placer le chou-fleur dans une cocotte allant au four et munie d'un couvercle.

Dans un bol, mélanger l'huile de sésame, le miso, l'ail et le gingembre. Appliquer la pâte obtenue sur tout le chou-fleur en la faisant pénétrer au maximum entre les bouquets. Arroser du jus de citron. Saupoudrer les graines de sésame. Ajouter le bouillon de légumes au fond de la cocotte.

Couvrir, enfourner et allumer le four à 180°C. Laisser cuire 1h20.

Déguster avec du riz et une belle salade verte.

Variantes

  • Remplacer l'huile de sésame par de l'huile de coco.
  • Remplacer le miso de riz par un autre miso (orge, blanc), ou par du tamari.
  • Remplacer/compléter l'ail et le gingembre par d'autres épices : curcuma, fenugrec, curry, etc.
  • Ajouter de l'oignon et de l'ail émincés avec le bouillon de légumes.
  • En saison, servir avec une sauce ail-ciboulette-sésame-tamari-eau.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

16 décembre 2016

Parmesan végétal aux noix de cajou et au curcuma

parmesan cajou curcuma

A défaut de vous proposer un menu de Noël (eh oui, j'ai prévu d'improviser lorsque le moment sera venu de cuisiner), je vous ai préparé un parmesan doré qui, en plus d'être délicieusement savoureux et bon pour nos petits corps, fera une très élégante décoration de table le 25 décembre. (Surtout, ne dispersez pas cette jolie poudre sur vos nappes blanches, elles risqueraient de ne pas s'en remettre. Mettez-la dans un beau bol, et ce sera le clou de votre décoration de fête.) Trêve de plaisanterie (de haut vol), le parmesan végétal, c'est du sérieux, surtout si comme moi vous avez été totalement accro au parmesan à base de lait animal. Tellement sérieux d'ailleurs qu'il y a déjà deux recettes sur le blog : un parmesan à l'amande, au sésame et au miso, et un parmesan express à l'amande.

Comme toute la famille adore, j'en fais régulièrement, tout en essayant de varier les recettes. C'est d'autant plus facile que c'est une affaire réglée en cinq minutes montre en main. Cette fois, il est au curcuma (oui, je sais, encore, mais que voulez-vous, c'est mon épice fétiche) et aux noix de cajou et je regrette juste de ne pas avoir essayé plus tôt.

Passez un beau dernier week-end de l'Avent ! Je ne suis pas sûre de revenir ici avant les fêtes alors je vous souhaite d'ores et déjà plein de jolis moments de partage avec ceux que vous aimez.

Parmesan aux noix de cajou et au curcuma
(pour 1 bol)

150 g de noix de cajou (crues, non salées)
15 g de levure maltée
1 cc d'ail en poudre
1 cc de curcuma en poudre
1/2 cc de sel de l'Himalaya
1 belle pincée de cinq baies fraîchement moulues

Placer les noix de cajou dans le bol d'un mixeur à lame en S. Mixer finement, ajouter les autres ingrédients, mixer à nouveau quelques instants. C'est prêt.

Conserver au frais dans un récipient en verre fermé hermétiquement.

Variantes

  • Remplacer les noix de cajou par des amandes, des noisettes, des noix du Brésil ou de pécan, voire des cacahuètes.
  • Pour un parmesan sans gluten, supprimer la levure maltée et ajouter un peu plus de sel, ou du miso de riz.
  • Ajouter de l'échalote ou de l'oignon en poudre (1 cc), ou même du raifort en poudre (1/2 cc) pour les plus audacieux.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.


12 décembre 2016

Smoothie au kaki, à la carotte, au gingembre et au curcuma

smoothie kaki carotte gingembre curcuma

Cela faisait longtemps que ce smoothie était sur ma to-do list. Il faut dire que je rêvais tout éveillée de la couleur que j'allais obtenir, comme un remède au brouillard que nous avons eu presque quotidiennement toute la semaine dernière. Mais il fallait que la saison du kaki revienne, que le plaqueminier du quartier nous offre à nouveau ses précieux fruits (ou plutôt que le magasin bio s'approvisionne enfin car tous les kakis à portée de main avaient été cueillis avant que je parte en maraude).

Mon chouchou le curcuma est associé au poivre noir et à l'huile de coco pour augmenter ses effets antioxydants, anti-inflammatoires et protecteurs contre le cancer. Au passage, il accentue encore la jolie couleur orange de ce smoothie. A noter d'ailleurs que le goût du curcuma est bien présent : le curcuma frais est beaucoup plus aromatique que la version poudre. Si vous n'y tenez pas, diminuer les doses et/ou utilisez du curcuma en poudre.

Le gingembre et le jus de citron fraîchement pressé sont tout indiqués en cette saison pour booster notre système immunitaire, nous protéger des infections ou nous aider à en guérir.

Pour parfaire la couleur de cette boisson, j'ai choisi la carotte. A mon sens, c'est le légume le plus facile à glisser dans un smoothie (quoique, le jeune navet est également parfait), plus que la betterave ou les épinards. Avec son goût tout doux, elle passe inaperçue.

Je vous laisse avec la recette !

Smoothie au kaki, à la carotte, au gingembre et au curcuma
(pour 1 à 2 personnes)

1 kaki bien mûr
1 belle carotte
1 banane (éventuellement congelée)
Le jus d'1 citron fraîchement pressé
1 doigt de gingembre frais
1 phalange de curcuma frais
1 cc d'huile de coco (vierge, non traitée, non raffinée, pressée à froid)
1 pincée de poivre noir
25 cl d'eau (filtrée si possible)

Pour la déco :

1 pincée de graines de sésame blond
1 pincée de graines de sésame noir
1 pincée de graines de chia
1 pincée de graines de pavot
Quelques pétales de bleuet

Laver le kaki, ôter le pédoncule et le découper en morceaux. Laver et gratter la carotte (l'éplucher si elle n'est pas bio), la découper en morceaux. Éplucher la banane. Laver le gingembre et le curcuma (les éplucher si vous voulez, pour ma part je les utilise tels quels*). Placer tous les ingrédients dans un blender et mixer finement. Ajuster la quantité d'eau en fonction de la consistance souhaitée.

Verser dans un ou deux verre(s) ou bol(s), décorer et servir immédiatement.

* Ce qui m'évite d'ailleurs de me retrouver avec les doigts tout jaunes (merci le curcuma frais) pour le reste de la semaine, un look très bof pour aller bosser.

Variantes

  • Remplacer le kaki par 3 abricots en saison, ou 1 mangue.
  • Remplacer la carotte par de la courge cuite.
  • Remplacer le gingembre et le curcuma frais par 1 cc de chaque en poudre.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

04 décembre 2016

Porridge cru de sarrasin et graines de chia à la vanille, au coco et au sésame noir

porridge sarrasin chia vanille coco1

Il est grand temps que ce blog reprenne du service. Ce post est un clin d'oeil à Valérie, qui devinera sans peine pourquoi c'est cette recette qui est publiée ce soir. Il y a déjà deux recettes de porridges crus de sarrasin sur le blog, une aux dattes, à l'orange et à l'amande, et une à la banane, à l'amande et au sirop d'érable. Valérie m'a donné envie d'ajouter des graines de chia et plein de toppings : banane, sucre de coco, graines de chia, vanille et, surtout, purée de sésame noir, à laquelle je suis complètement addict (avez-vous déjà goûté cette tuerie ?). Résultat, ça fond, ça croque, ça colle et ça croustille ! Et comme il fait diablement froid ces jours-ci, je vous explique comment vous préparer une version tiède, plus adaptée à la saison.

J'espère que le joli temps de l'Avent a bien commencé pour vous. Chez nous, le calendrier en bois peint, réutilisable à l'infini, a repris du service. Les princesses sainbiosis attendent impatiemment le moment d'ouvrir la petite porte du jour. Chocolats, fruits secs et petits mots, qui y résisterait ?

Je vous souhaite une bonne semaine gourmande !

Porridge cru de sarrasin et graines de chia à la vanille, au coco et au sésame noir
(pour 1 personne)

50 g de sarrasin décortiqué (non grillé)
1 cs de graines de chia
1/2 banane
10 cl de lait de soja à la vanille
1 cs de purée d'amande blanche
1 cs de sucre de coco
1/2 cc de vanille en poudre

Pour la déco :

1/2 banane
1 cc de sucre de coco
1 cs de purée de sésame noir
1 cc de graines de chia
1 voile de vanille en poudre
 

La veille au soir, placer le sarrasin dans un grand bol et couvrir largement d'eau (filtrée si possible).

Le lendemain matin, égoutter et rincer soigneusement afin d'éliminer tout le mucilage produit par le sarrasin. Placer dans le bol d'un mixeur ou d'un blender et ajouter tous les autres ingrédients (si vous voulez un porridge tiède, faire frémir le lait au préalable) (mais alors le résultat ne sera plus complètement cru). Mixer jusqu'à obtention d'une crème lisse.

Verser dans une assiette creuse ou un grand bol, ajouter la demi-banane en rondelles et les autres ingrédients de la déco gourmande.

Déguster immédiatement.

Variantes

  • Remplacer les graines de chia par des graines de lin fraîchement moulues.
  • Remplacer le lait de soja à la vanille par un autre lait végétal et éventuellement un peu de sucre complet.
  • Remplacer la purée d'amande blanche par de la purée d'amande complète, de noisette ou de cajou.
  • Remplacer le sucre de coco par du sucre complet.
  • Remplacer la vanille en poudre par de la cannelle en poudre.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

09 octobre 2016

Tarte rustique aux quetsches, au coco et à la cannelle

tarte quetsches

Celles et ceux qui ont (très) bonne mémoire me diront que je radote : il y a déjà une tarte rustique aux quetsches et à la cannelle sur le blog. Elle était cependant différente de celle-ci : la pâte était sans gluten, la dorure moins réussie, elle n'avait pas ce petit goût de coco qui rend cette nouvelle version encore plussssss gourmande.

Celles et ceux qui pratiquent la tarte rustique me diront que c'est la version feignasse de la tarte... et ils n'auront pas tort ! Nul besoin de moule, ni d'étaler impeccablement la pâte en un cercle parfait pour obtenir une belle tarte qui en jette ! (Comme je suis une quiche pour étaler les pâtes (huhu), c'est une version pour moi.)

tarte quetsches1 tarte quetsches2

J'ai voulu profiter des dernières quetsches de la saison pour préparer une tarte doudou aux doux parfums de cette période si particulière qu'est la transition entre l'été et l'automne. J'adore ces quelques semaines où on trouve sur les étals une grande variété et une abondance de fruits et de légumes, ceux d'été et ceux d'automne ; et vous ?

Si vous ne trouvez plus de quetsches (ou d'autres prunes), gardez précieusement la recette de cette pâte brisée pour l'utiliser avec d'autres fruits ou, en supprimant le sucre de coco, avec des légumes.

tarte quetsches3 tarte quetsches4

Bonne semaine gourmande !

Tarte rustique aux quetsches, au coco et à la cannelle
(pour 6 personnes)

Pour la pâte brisée :

250 g de farine d'épeautre complète T150 (grand épeautre)
2 cs de sucre de coco
1 pincée de sel de l'Himalaya
125 ml d'huile de coco (liquide ou pommade)
100 ml d'eau (filtrée si possible)

Pour la garniture :

500 g de quetsches
1 cs de sucre de coco
1 cs de cannelle en poudre
1-2 cs de confiture d'abricot (ou autre)

Préchauffer le four à 180°C.

Dans un saladier, mélanger intimement la farine, le sucre de coco et le sel. Ajouter l'huile de coco et travailler la pâte avec le bout des doigts jusqu'à obtenir une consistance sableuse. Ajouter l'eau, mélanger et former une boule*.

Étaler sur une feuille de cuisson farinée (j'utilise une feuille de cuisson en silicone comme ici) à l'aide d'un rouleau à pâtisserie, fariné lui aussi. Donner une forme ronde (mais sans trop vous casser la tête puisque, je vous le rappelle, il s'agit d'une tarte rustique).

Laver les quetsches, les couper en deux pour les dénoyauter puis à nouveau en deux. Les répartir sur la pâte en laissant une bande de 3 cm environ tout autour. Saupoudrer de sucre de coco et de cannelle, puis replier délicatement la pâte sur la garniture. Étaler la confiture sur la pâte à l'aide d'un pinceau (cela permettra d'obtenir une belle dorure).

Enfourner pour 30 minutes environ (surveiller la cuisson).

Servir tiède, c'est ainsi que cette tarte est la meilleure.

* A ce stade, de nombreuses recettes préconisent de mettre la pâte au réfrigérateur pour 1 heure, puis de la laisser 15 minutes à température ambiante avant de l'étaler. Je ne sais pas comment font les autres, mais moi je me retrouve toujours après ce temps avec une boule dont je pourrais me servir pour construire une maison, ne serait-ce sa forme.

Variantes

  • Remplacer la farine d'épeautre par de la farine de blé tout simplement, ou par de la farine de petit épeautre, ou par un mélange de farines. Pour une version sans gluten : clic.
  • Remplacer le sucre de coco par du sucre complet.
  • Ajouter des graines dans la pâte : sésame, pavot, etc.
  • Remplacer les quetsches par tout autre fruit et la cannelle par tout autre épice qui s'accordera avec : poire-vanille, pomme-cannelle ou pomme-épices à pain d'épices, banane-gingembre, etc.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

02 octobre 2016

Petits flans très amande

flans amande

Que diriez-vous d'un petit dessert vite fait bien fait pour vous remettre de la capitulation de l'été ? Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas réalisé d'entremets, et l'agar-agar se morfondait dans sa boîte, alors que j'adore les desserts en petits pots. Celui-ci est une merveille pour les amoureux de l'amande, puisqu'il combine du lait d'amande, de la crème d'amande, et de l'extrait d'amande amère. Prêt de surcroît en dix minutes all inclusive, il a tout pour me plaire.

Ce billet est réalisé en collaboration avec La Mandorle : le lait d'amande en poudre que j'ai utilisé dans cette recette m'a été envoyé gracieusement dans le cadre d'un partenariat. Je ne tire de sa présentation ici aucun avantage commercial ni aucun revenu. Ce blog étant de toute façon sans vocation commerciale, je n'y parle que de produits que nous avons aimés. Tout le contenu et les opinions exprimées sont, comme toujours, les miens.

flans amande2 flans amande1

J'avais acheté une boîte de ce lait en poudre il y a des années, lorsque j'avais découvert les magasins bio et leurs étagères pleines de produits aussi bizarres qu'inconnus. Ne connaissant pas grand-chose à la cuisine, et rien du tout à la cuisine végétale, je m'étais contentée de le boire tel quel ou dans mon thé noir, comme j'aurais fait avec du lait de vache. J'avais été plutôt déçue et n'en avais, du coup, plus jamais racheté. Si je ne le trouve pas idéal à consommer ainsi, il est parfait en revanche pour cuisiner des desserts comme celui-ci, pour préparer des smoothies et des porridges, des gâteaux ou des pâtes à crêpes. L'avez-vous déjà essayé ?

J'apprécie qu'il contienne autant d'amandes que mon lait d'amande maison, que sa composition soit irréprochable, qu'il soit pratique à emporter partout (moi qui emmène toujours la moitié de ma cuisine en vacances, je pense l'ajouter à mes bagages pour notre prochaine escapade), et qu'il soit fabriqué en France avec des amandes du bassin méditerranéen (j'aimerais d'ailleurs que l'entreprise soit plus transparente encore en précisant les origines possibles).

Place à la recette !

Petits flans très amande
(pour 6 personnes)

40 cl de lait d'amande reconstitué La Mandorle ou maison ou celui que vous voudrez
2 cc rases de fécule de maïs
1 cc rase d'agar-agar (2 g)
20 cl de crème d'amande
4 cs de sirop d'agave
2 gouttes d'extrait d'amande amère (ajuster la quantité en fonction de votre produit)

Verser le lait d'amande dans une casserole, y délayer la fécule et l'agar-agar. Placer sur feu moyen, porter à ébullition en mélangeant très régulièrement au fouet. A ébullition, baisser sur feu doux et mélanger continuellement pendant 1-2 minutes.

Hors du feu, ajouter les autres ingrédients (ajuster la quantité de sirop d'agave selon vos goûts), mélanger soigneusement et répartir dans six petits bols ou ramequins.

Laisser refroidir avant de placer au frais pour au moins 2 heures.

Servir tel quel ou avec un coulis de fruits (nous avons testé avec du coulis de mangue et du coulis de fruits rouges, c'était parfait dans les deux cas !).

Variantes

  • Remplacer la fécule de maïs par une autre fécule : fécule de pomme de terre, arrow-root.
  • Remplacer le sirop d'agave par du sirop d'érable, du sucre blond de canne, ou du sirop de riz par exemple.
  • Ajouter 1 cc d'eau de fleur d'oranger.
  • Ajouter 100 g de pâte d'amande comme dans cette recette de Clea.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

09 septembre 2016

Figues rôties à la vanille

figues rôties vanille

Bonjour les gourmand-e-s !

J'espère que vous avez passé un bel été et que la rentrée des petits et des grands a été comme la nôtre - aussi chaotique qu'heureuse.

Je reviens après une très trop longue pause estivale avec une recette express (idéale pour la rentrée justement) (et je crois que je vous fais le coup chaque année), dans mon carnet d'idées depuis deux ans, mais jamais réalisée car les figues que j'achetais disparaissaient toujours avant que j'en aie le temps. Comptez cinq minutes de préparation (rangement compris) et 20 minutes de cuisson : il suffit d'enfourner au moment de se mettre à table pour déguster un savoureux dessert.

Les figues sont tout simplement farcies de pignons de pin et de vanille, arrosées de sirop d'érable et rôties. Un délicieux parfum en émane à la sortie du four, mais attention de ne pas vous brûler en vous jetant dessus sans attendre. J'ai dû retenir les princesses sainbiosis, qui trépignaient d'impatience de goûter tant cela sentait bon. (Et ce jus ! Avez-vous vu ce jus au fond du plat ?!).

Passez un bon week-end !

Figues rôties à la vanille
(pour 2 à 3 personnes)

6 belles figues vertes
20 g de pignons de pin
1/2 cc de vanille en poudre
2 cc de sirop d'érable

Laver les figues, couper le pédoncule, les inciser en croix jusqu'à la moitié (ne faites pas comme moi qui ai incisé un peu trop bas !) et les placer dans un plat allant au four. Insérer les pignons dans les entailles, saupoudrer de vanille et répartir le sirop d'érable.

Enfourner, allumer le four à 180°C* et laisser cuire 20 minutes, jusqu'à ce que le parfum soit devenu irrésistible.

Déguster tiède ou à température ambiante. Avec une boule de glace à la vanille ou à la banane, ce doit être divin.

* Comme je déteste gaspiller, dès que c'est possible je ne préchauffe pas mon four mais l'allume au moment d'enfourner. Pour vous donner une idée de sa performance, il atteint les 180°C en 7 minutes. Si vous enfournez dans un four préchauffé, comptez 15 minutes de cuisson environ.

Variantes

  • Remplacer les pignons par des noisettes (c'est la saison !) ou des amandes concassées.
  • Remplacer la vanille en poudre par un voile de cannelle ou de quatre-épices.
  • Remplacer le sirop d'érable par du sirop ou du sucre de coco, ou par du sucre complet tout simplement.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.