sainbiosis

21 avril 2014

Riz au lait de coco vanillé

riz au lait coco vanille

Pour conclure cette série très coco, un riz au lait de coco parfumé à la vanille qui embaumera votre chez-vous le temps de la cuisson. Le riz au lait est le genre de dessert parfait lorsqu'on a des invités, qui cuit pendant l'apéro et l'entrée et refroidit pendant le plat principal sans que l'on ait besoin d'intervenir.

Tout simple avec ses trois ingrédients de base, il se prête à toutes les fantaisies. Pour les prochaines fois, j'ai bien envie d'essayer une version plus classique à la vanille et à la cannelle, une version gourmande au cacao avec un coulis de chocolat, une version vitaminée à la cardamome et à l'orange, et une version ensoleillée à la vanille avec un coulis de mangue.

Et vous, le riz au lait, vous l'aimez comment ?

Riz au lait de coco vanillé (vegan/sans gluten)
(pour 4 à 6 personnes)

1 l de lait de coco à la vanille
100 g de riz spécial dessert (ici, un riz long blanc)
50 g de sucre de coco

Placer tous les ingrédients dans une cocotte en fonte (ça marche aussi dans une casserole ou une sauteuse !), mélanger, couvrir, placer sur feu très doux et laisser cuire 1h à 1h30, jusqu'à obtention d'une texture bien crémeuse.

Laisser refroidir dans la cocotte et déguster tiède (ma préférence, de loin) ou froid. Conserver 1 à 2 jours au réfrigérateur dans un récipient hermétique.

Variantes

  • Remplacer le lait de coco maison par 40 cl de lait de coco du commerce et 60 cl de lait de riz. Dans ce cas, ajouter 1 cc de vanille en poudre ou les graines d'une gousse de vanille et un peu plus de sucre de coco pour remplacer les dattes du lait de coco maison.
  • Remplacer le sucre de coco par du sucre complet, ou même du sirop d'érable.
  • Au moment de servir, saupoudrer de noix de coco râpée.
  • Le riz au lait peut aussi cuire au four, à couvert, 1h à 1h30 à 175°C.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

Posté par sainbiosis à 21:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


18 avril 2014

Pain à la noix de coco

pain coco

Pour celles et ceux, okara sur les bras après avoir préparé mon lait de coco à la vanille, qui trépignent d'impatience derrière leur écran en attendant la recette pour pouvoir l'utiliser enfin, voici un moyen tout simple, et néanmoins délicieux, de s'en débarrasser d'en faire bon usage : un pain moelleux et léger, qui nous a rappelé celui-ci, les raisins en moins. L'idée s'applique d'ailleurs à toutes sortes d'okaras, ce qui est bien pratique lorsque l'on prépare ses laits végétaux maison (et aussi son pain) et que l'on se retrouve régulièrement avec toute la famille okara alignée dans le réfrigérateur. Et si vous cherchez d'autres idées pour utiliser vos okaras, je ne peux que vous conseiller de consulter les deux articles d'Ophélie, version sucrée et version salée : une mine !

Je vous souhaite un excellent week-end de Pâques. Chocolatez bien, les gourmand-e-s !

Pain à la noix de coco (vegan)
(pour 1 pain d'1 kg)

300-325 ml d'eau (filtrée si possible)
420 g de farine de blé T80
180 g (environ) d'okara de coco (essoré au torchon)
1 cs de levain déshydraté
1 cs de sucre de coco
1 cc de sel de mer gris
1 cc de jus de citron

Placer tous les ingrédients dans un grand saladier, en commençant avec 300 ml d'eau, et pétrir vigoureusement pendant 10 à 15 minutes, jusqu'à ce que la pâte soit homogène, bien élastique et non collante. Ajouter un peu d'eau en cours de route si besoin. Couvrir la pâte d'un linge propre ou d'un couvercle et la laisser reposer près d'un radiateur ou dans le four préalablement préchauffé à 35°C puis éteint pendant 1 heure.

Pour réaliser cette première étape à la machine à pain, ajouter tous les ingrédients dans l'ordre en prenant garde de ne pas mettre le levain et le sel en contact et lancer le programme "pâte".

Sur le plan de travail fariné, dégazer la pâte avec le poing, façonner le pâton en boule en cachant les sutures en-dessous et le placer dans un moule à manqué.

Faire lever une nouvelle fois dans le four préalablement préchauffé à 35°C puis éteint pendant 45 à 60 minutes environ. Sortir le moule.

Préchauffer le four à 220°C. Lorsque le four est chaud, enfourner pour 20 à 25 minutes (le pain doit sonner creux lorsqu'on le tapote avec une cuillère en bois).

Démouler et laisser refroidir sur une grille.

Variantes

  • Remplacer la farine T80 par une farine de blé plus complète (T110, pas plus, sinon le pain ne lèvera pas bien) ou moins (T65), ou par un mélange de farines. Toujours garder au moins 50% de farine panifiable (avec du gluten, comme la farine de grand épeautre, par exemple) pour que le pain lève bien.
  • Remplacer l'okara de coco par un autre okara, en ajustant la quantité d'eau en fonction du degré d'humidité de l'okara utilisé.
  • Remplacer le levain déshydraté par 1/2 cube de levure fraîche de boulanger.
  • Remplacer le sucre de coco par du sucre blond de canne, du sucre complet, du sirop de riz, de maïs, d'érable, etc.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

10 avril 2014

Lait de coco à la vanille

lait de coco

Vous aimez la noix de coco et la vanille ? Alors vous allez adorer ce lait de coco doucement parfumé à la vanille, préparé en moins de temps qu'il ne faut pour en lire la recette. S'il est délicieux bien frais à l'apéro (croyez-moi, c'est bien meilleur que le pastis), il convient aussi très bien pour la préparation de desserts qu'il parfumera délicatement.

Et comme rien ne se perd dans la maison de la famille sainbiosis, en plus de la recette du dessert dans laquelle j'ai utilisé ce lait, je vous livrerai aussi bientôt celle, toute simple, dans laquelle j'ai utilisé l'okara. L'okara ? A la base, ce terme japonais désigne le résidu de la fabrication du lait de soja. Par extension, il désigne la pulpe de céréales ou d'oléagineux qui reste à la fin de la préparation des laits végétaux, une fois ceux-ci filtrés. Ici, il s'agit d'un divin mélange de pulpe de coco, de dattes et de vanille.

Mais pour commencer, la recette du lait de coco vanillé !

Lait de coco à la vanille (vegan/sans gluten)
(pour 1 litre)

100 g de noix de coco râpée
2-3 dattes medjool rincées, dénoyautées et coupées en dés
1 cc de vanille en poudre
1,1 l d'eau (filtrée si possible, ou de source)

Placer tous les ingrédients dans le bol d'un blender. S'il ne s'agit pas d'un blender de compétition, laisser tremper 30 minutes pour laisser le temps à la noix de coco et aux dattes de se réhydrater. Mixer pendant 2 minutes, avec des interruptions toutes les 30 secondes pour ne pas que le mélange chauffe. Filtrer à travers une étamine ou un torchon posé sur un chinois ou une passoire. Bien essorer pour récupérer le maximum de liquide*. Transvaser dans une bouteille ébouillantée et séchée, fermer hermétiquement et conserver au réfrigérateur 3 à 4 jours.

* L'utilisation de l'okara fera l'objet d'une prochaine publication.

Variantes

  • Remplacer les dattes par un autre produit sucrant de votre choix : sirop de riz, d'agave, d'érable, de maïs, etc. Ou bien les omettre : elles sont facultatives, mettez-en uniquement si vous êtes gourmand(e)s comme moi vous prévoyez d'utiliser ce lait en boisson à la saveur douce ou dans un dessert
  • Remplacer la vanille en poudre par de l'extrait de vanille ou, mieux, par les graines d'une gousse de vanille.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

Posté par sainbiosis à 21:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 avril 2014

Milkshake à la banane, au cacao et à la cacahuète

milkshake cacao banane cacahuète

Ou plutôt, Nomilkshake à la banane, au cacao et à la cacahuète, puisque ce milkshake ne contient pas de lait animal, mais du lait de riz dont je ne me lasse pas de la douceur. J'ai ajouté de la poudre de lucuma, riche en bêta-carotène antioxydant, en zinc et en phosphore, en vitamine B3, en fer et en vitamine C (intéressant quand on sait que l'absorption du fer est améliorée par l'apport simultané de vitamine C). Toutefois, tout le monde n'ayant pas de la poudre de lucuma dans ses tiroirs, vous pouvez sans souci vous en passer, le résultat sera tout aussi délicieux.

Moi qui avais découvert les milkshakes et les smoothies végétaux avec une paille, depuis quelques temps maintenant je les redécouvre à la cuillère, souvent dans un bol d'ailleurs : c'est que je les aime et les prépare si épais, saupoudrés qui plus est de graines, de fruits secs ou séchés, que les déguster à la paille relevait de l'exploit. Et puis, l'utilisation d'une cuillère permet de les déguster bien plus lentement, d'où une sensation de satiété plus durable... ce qui est bien ce qui nous intéresse en plus de satisfaire nos papilles, n'est-ce pas ?

Je vous laisse avec la recette, j'espère que vous vous régalerez autant que moi.

Milkshake à la banane, au cacao et à la cacahuète (vegan/sans gluten)
(pour 1 à 2 personnes*)

2 bananes congelées (en rondelles, sans la peau !)
2 cs bombées de purée de cacahuète
2 cs de cacao en poudre (cru si possible)
2 dattes rincées, dénoyautées et coupées en petits dés
1 cc de poudre de lucuma (facultatif)
25 cl de lait de riz

Placer tous les ingrédients dans le bol d'un blender, mixer finement, verser dans un verre ou dans un bol et déguster lentement, à la cuillère.

* J'avoue sans honte que j'ai tout mangé toute seule à un petit-déjeuner !

Variantes

  • Remplacer la purée de cacahuète par une autre purée de fruit sec : amande, cajou, noisette (mais la purée de cacahuète a nettement ma préférence).
  • Remplacer les dattes par 1-2 cs de sirop d'érable, de riz, d'agave.
  • Remplacer le lait de riz par un autre lait végétal au choix.
  • Ajouter une poignée de feuilles vertes (épinards, mâche, kale, betterave), de dés de courgette congelés, ou même de dés de navet nouveau (promis, vous ne sentirez pas le goût !).

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

21 mars 2014

Crème d'endive à l'échalote et à la ciboulette

crème d'endive échalote ciboulette

Voici une petite douceur pour fêter mon retour. Endive ? Douceur ? Je vous entends d'ici : Mais qu'est-ce qu'elle nous chante là ? Ne partez pas ! Rappelez-vous, l'endive cuite peut devenir très présentable pour ceux - dont je suis - qui ont tendance à fuir l'amertume, pour peu que l'on y ajoute une touche de sucre : ici, un peu de sucre complet et de lait de riz.

Cette soupe crémeuse fut l'occasion d'utiliser les toutes premières tiges de ciboulette du jardin, découvertes dimanche dernier avec les princesses sainbiosis en désherbant à six mains autour de la terrasse. C'est chouette, le printemps, non ?

Je vous souhaite un bon week-end !

Crème d'endive à l'échalote et à la ciboulette (vegan/sans gluten)
(pour 4 personnes en entrée ou 2 personnes en plat principal)

1 belle échalote (ou 2 petites)
2 gousses d'ail
300 g d'endives (5 moyennes)
6 brins de ciboulette
1 cs d'huile d'olive
1 cc de sucre complet (rapadura)
25 cl de lait de riz
20 cl de crème de riz
1/2 cc de poivre noir fraîchement moulu

Éplucher l'échalote et l'ail, les laver et les émincer finement. Laver les endives, retirer la base et les couper en rondelles. Laver la ciboulette et l'émincer finement.

Dans une casserole placée sur feu doux, faire revenir l'échalote dans l'huile d'olive pendant 2-3 minutes. Ajouter l'ail et les endives, saupoudrer de sucre et laisser caraméliser 5 minutes. Ajouter le lait de riz et laisser cuire 10 minutes à frémissements.

Mixer au blender ou au mixeur plongeur avec la crème de riz, servir parsemé de ciboulette et de poivre noir.

Variantes

  • Remplacer l'échalote par un oignon, éventuellement nouveau.
  • Remplacer la ciboulette par les fines herbes de votre choix.
  • Remplacer le sucre complet par du sucre blond de canne.
  • Remplacer lait et crème de riz par les laits et crèmes végétaux de votre choix (mais le résultat sera alors moins doux, vous êtes prévenus !).

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.



28 février 2014

Variations autour du gomasio (ou gomashio)

gomasio

De gauche à droite et de haut en bas :
Gomasio au sésame noir (le préféré de la grande princesse sainbiosis)
Gomasio à l'ail des ours (le préféré de la petite princesse sainbiosis)
Gomasio à l'ortie
Gomasio nature
Gomasio au curcuma et poivre noir
Gomasio aux algues ou gomasio de la mer

Gomasio ou gomashio. Du japonais goma : sésame et shio : sel. Un merveilleux condiment, utilisé depuis des millénaires au Japon, qui se substitue au sel sur les salades, les soupes, les céréales et les légumes rôtis, par exemple. Il permet de moins saler bien sûr, mais aussi de faire le plein de bonnes choses, pour peu que l'on choisisse des ingrédients de qualité : sésame complet bourré - entre autres - de calcium, sel gris chargé de minéraux. N'en abusez cependant pas, le sel doit être consommé avec modération... mais c'est la règle pour tout, non ? Si l'on n'a pas les papilles anesthésiées, une cuillerée à café suffit le plus souvent largement à relever un plat.

Bien sûr, on peut acheter du gomasio, nature ou aux algues, tout prêt en magasin bio. Mais il est si simple de le préparer soi-même que ce serait dommage de ne pas essayer, surtout que cela permet d'y mettre ce que nous dicte notre folle imagination ce que l'on veut (et je trouve que tous ces petits pots multicolores feraient un joli cadeau gourmand). Gomasios nature et au sésame noir passe-partout, gomasio à l'ail des ours pour relever des légumes rôtis, gomasio à l'ortie sur une belle salade, gomasio au curcuma et au poivre noir pour une soupe indienne, gomasio aux algues sur une tranche de pain grillée finement recouverte d'huile d'olive. Afin de conserver ses propriétés nutritionnelles, le gomasio ne doit pas cuire mais sera saupoudré sur les préparations au moment de la dégustation.

Le temps est venu pour nous de partir en vacances. Je vous dis donc à très bientôt. Prenez soin de vous et des autres, et soyez gourmands !

Variations autour du gomasio (ou gomashio) (vegan/sans gluten)
(pour 1 coupelle de chacun des gomasios)

Pour le gomasio au sésame noir :

5 cs de graines de sésame noir
1/2 cc de sel de mer gris

Mixer par impulsions les graines de sésame et le sel dans un blender ou un petit hachoir électrique, ou alors au mortier et au pilon. Attention, l'ensemble ne doit pas prendre en masse (il ne s'agit pas de préparer de la purée de sésame !). Transvaser dans un bol ou dans un récipient hermétique.

Pour les autres gomasios :

125 g de graines de sésame blond complet (20 cs)
10 g de sel de mer gris fin (2 cs)

1 cs d'ortie en poudre
2 cs d'algues en paillettes (pour moi, de la "salade du pêcheur", un mélange d'algue nori, de laitue de mer et de dulse)
1 cs d'ail des ours séché en poudre
2 cs de curcuma
1/2 cc de poivre noir

Mixer par impulsions les graines de sésame et le sel dans un blender ou un petit hachoir électrique, ou alors au mortier et au pilon. Attention, l'ensemble ne doit pas prendre en masse.

Répartir dans 5 petits bols.
Au bol n°1... ne rien ajouter, c'est la version nature !
Au bol n°2, ajouter l'ortie en poudre et mélanger.
Au bol n°3, ajouter les algues en paillettes et mélanger.
Au bol n°4, ajouter l'ail des ours et mélanger.
Au bol n°5, ajouter le curcuma et le poivre noir et mélanger.

Ces gomasios se conservent sans problème plusieurs mois à température ambiante, dans des récipients bien hermétiques.

Variantes

  • Remplacer le sel de mer gris fin par du gros sel de mer gris ou par du sel rose de l'Himalaya. A vous d'ajuster la quantité aux préférence de vos papilles. Le gomasio au sésame noir contient moins de sel que les autres, et il est tout aussi délicieux. On peut mettre encore moins de sel, ou plus si on aime. Faites des essais pour trouver ce que vous préférez !
  • Varier les épices (curry, cumin, coriandre, etc.) et les fines herbes séchées (basilic, romarin, thym, ciboulette, etc.).
  • Utiliser des feuilles de céleri séchées, de la spiruline, de l'ail séché, des zestes d'agrumes. Bref, ce que vous voulez !
  • Il est possible de torréfier au préalable les graines de sésame, pour un goût plus intense, mais il ne sera alors plus possible de profiter de toutes leurs qualités nutritionnelles.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

21 février 2014

Sugo alla puttanesca

sauce puttanesca

Sauce à la putain.

Une sauce pour les pâtes, spécialité de l'île d'Ischia, au large de Naples, qui a conquis toute la péninsule. Si l'origine de son nom semble faire l'objet de tous les fantasmes, je retiendrai surtout qu'elle est délicieusement savoureuse et relevée. Et ce, alors même que ma variante ne contient ni anchois (pas de ça dans notre cuisine !), ni piment (nous sommes des êtres délicats) comme dans la version traditionnelle. Il faut dire que l'oignon, l'ail, le vinaigre balsamique et surtout les olives et les câpres sont des alliés de choix en matière de goût.

Les câpres... un de mes condiments chouchous. Boutons floraux du câprier commun ou câprier épineux (Capparis spinosa), elles peuvent être remplacées dans cette recette, partiellement ou complètement, par des fruits du câprier, appelés câprons ou cornichons du câprier, pour une saveur plus douce et fruitée, pour un résultat plus élégant et raffiné.

Bon week-end à tou-te-s !

Sugo alla puttanesca (vegan/sans gluten)
(pour 4 personnes)

1 gros oignon jaune
5 gousses d'ail
4 cs d'huile d'olive de bonne qualité
3 cs de câpres
150 g d'olives noires dénoyautées de bonne qualité (ici, des olives de Kalamata)
500 g de tomates concassées
2 cs de vinaigre balsamique
1/2 bouquet de persil plat

Éplucher l'oignon et l'ail, les laver et les émincer finement. Dans une grande sauteuse, faire revenir l'oignon dans l'huile d'olive à feu très doux (l'huile d'olive ne doit pas chauffer au-delà de 200°C environ pour ne pas s'altérer*), jusqu'à ce qu'il soit translucide, 4 à 5 minutes. Ajouter l'ail et le faire revenir 1 minute.

Rincer et égoutter les câpres**, couper les olives en rondelles. Les ajouter dans la sauteuse, ainsi que les tomates coupées en gros dés et le vinaigre. Laisser réduire 10 à 15 minutes, jusqu'à obtenir la consistance que vous aimez.

Laver le persil, émincer les pluches (je les mets dans un verre et travaille aux ciseaux).

Servir la sauce sur les pâtes de votre choix (ou même sur d'autres céréales et/ou des légumineuses), parsemée de persil.

* Je vous renvoie à cet article pour tout savoir sur le point de fumée des huiles.

** Les miennes sont conservées au vinaigre, mais on en trouve aussi couramment en saumure dans le sel. Si c'est le cas des vôtres, mettez-les à dessaler 30 minutes dans un grand bol d'eau avant de les rincer et de les égoutter.

Variantes

  • En saison, remplacer l'oignon jaune par deux oignons nouveaux (blancs et verts) et l'ail par de l'ail frais.
  • En saison toujours, remplacer les tomates concassées par des tomates fraîches, ou hors saison par de la passata.
  • Ajouter du piment au goût (en poudre, en flocons, ou frais) comme dans la version originale.
  • Remplacer tout ou partie des câpres par des fruits du câprier, entiers ou coupés en 2 ou 4.
  • Ajouter 1 cs d'origan frais ou 1 cc d'origan séché.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

12 février 2014

Fromage végétal aux noix, aux tomates séchées et à l'ail

fromage fermenté noix tomate ail1

Début janvier, pile à l'heure pour mettre en oeuvre mes bonnes résolutions, je me suis lancée dans la fabrication de mon premier fromage végétal à base de noix (en réalité, je prends de bonnes résolutions tous les jours de l'année, qui peuvent assez facilement se résumer à 1) me coucher plus tôt et 2) m'amuser en cuisine) (avec toujours plus de réussite pour la deuxième, allez comprendre pourquoi). J'avais déjà testé plusieurs fromages végétaux frais à base de yaourt de soja ou même de noix de cajou, mais là j'avais envie d'un fromage plus ferme et plus corsé.

Le génial article d'Antigone XXI n'était pas encore paru, mais j'avais trouvé l'inspiration quelques semaines plus tôt sur un autre blog que j'aime aussi beaucoup, ici et (English inside). Au vu de la recette d'origine, je pensais que le fromage allait fermenter (comme le chou de la choucroute fermente sans adjonction de ferments)... mais en fait, pas du tout ! Ne vous attendez donc pas à retrouver le goût du fromage au lait animal ici, car c'est complètement différent (mais néanmoins délicieux) (sinon je ne l'aurais pas publié, voyons).

Maintenant, je ne rêve que de récidive avec notamment le fromage rôti et le fromage fermenté d'Ophélie, et la mise en pratique de tous les petits trucs et astuces qu'elle nous offre pour que nous réussissions facilement nos fromages végétaux à base d'oléagineux. To be continued...

fromage fermenté noix tomate ail

Fromage végétal aux noix, aux tomates séchées et à l'ail (vegan/sans gluten)
(pour 1 fromage de 200 g environ)

200 g de noix (poids décortiquées)
5 gousses d'ail épluchées et écrasées
3 tomates séchées coupées en tout petits dés
5 cs d'huile d'olive de bonne qualité
5 cs de jus de citron
1/2 cc de poivre blanc

Faire tremper les noix dans un grand bol d'eau (filtrée si possible) pendant 2 heures au moins. Rincer, égoutter et placer dans le bol d'un blender avec les autres ingrédients. Mixer finement en ajoutant éventuellement de l'eau petit à petit si besoin (un petit verre peut être nécessaire pour pouvoir mixer correctement).

Placer un chinois couvert d'un torchon fin ou d'une étamine au-dessus d'un saladier. Verser le mélange sur le torchon, couvrir et laisser 1 à 2 jours à température ambiante.

Transvaser dans un grand ramequin, lisser la surface, couvrir (avec un torchon ou un essuie-tout maintenu par un élastique) et laisser reposer au réfrigérateur 2 à 3 semaines pendant lesquelles le fromage va se dessécher et se rétracter (comme c'est visible sur la première photo). Alternativement, on peut remplacer ce temps de repos au réfrigérateur par un passage au déshydrateur à 41°C ou au four à 40°C, jusqu'à obtention d'une croûte extérieure.

Démouler sur une assiette ou conserver dans le ramequin. Le fromage se garde sans problème 2 semaines supplémentaires, bien couvert au réfrigérateur.

Variantes

  • Remplacer les noix par des noix de cajou, des noisettes, des amandes, des noix de macadamia, des pignons de pins, etc.
  • Remplacer les gousses d'ail par de l'ail séché en poudre.
  • Ajouter des fines herbes finement hachées.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

08 février 2014

Velouté de patate douce, carotte, lentilles corail et coco

velouté patate douce carotte coco lentilles corail

Incroyable, il n'y avait pas encore de recette à base de lentilles corail sur ce blog ! C'est pourtant la légumineuse qui s'invite le plus souvent à notre table, car elle a ceci de magique qu'elle cuit en quinze minutes, comme la plupart des légumes lorsqu'ils sont destinés à finir à la moulinette. Ici, associée à mes amis la patate douce, la carotte et le curcuma, elle fait merveille en apportant consistance et velouté.

Ces derniers temps, nous carburons aux soupes et aux salades, alliés in-dis-pen-sables pour supporter avec sérénité le ciel désespérément gris et la pluie désespérément quotidienne.

Et vous, vous mangez quoi quand il fait moche ?

Velouté de patate douce, carotte, lentilles corail et coco (vegan/sans gluten)
(pour 8 personnes)

200 g de lentilles corail
1 cs de curcuma*
1/2 cc de poivre noir*
1 cs d'huile de coco
1 oignon blanc épluché, lavé et émincé
2 gousses d'ail épluchées, lavées et émincées
2 patates douces lavées et coupées en dés (épluchées si elles ne sont pas bio)
500 g de carottes lavées et coupées en rondelles (épluchées si elles ne sont pas bio)
1 morceau d'algue kombu
50 cl de lait de coco
1 l d'eau (filtrée si possible)

Pour la déco : graines de sésame noir et/ou blond complet, noix de coco râpée

Faire tremper les lentilles dans un grand volume d'eau pendant 12 heures. Égoutter.

Dans une grande sauteuse placée sur feu doux, faire revenir 2 minutes le curcuma et le poivre noir dans l'huile de coco. Ajouter l'oignon et le faire revenir 2-3 minutes. Ajouter l'ail, les patates douces et les carottes et faire revenir 5 minutes en remuant régulièrement. Ajouter les lentilles corail et l'eau, porter à frémissements et laisser cuire 15 minutes, toujours sur feu doux.

Retirer le morceau d'algue kombu**, verser dans le bol d'un blender (il faudra peut-être vous y prendre en deux fois), ajouter le lait de coco et mixer finement. Ajouter éventuellement de l'eau pour obtenir la consistance désirée et rectifier l'assaisonnement si besoin. Servir immédiatement avec des graines de sésame ou de la noix de coco râpée.

* Je ne vous présente plus le duo curcuma-poivre noir, dont j'ai déjà parlé ici.
* Utilisez-le dans un tartare d'algues, par exemple.

Variantes

  • Remplacer le curcuma et le poivre noir par les épices que vous aimez.
  • Remplacer les patates douces par des pommes de terre (mais c'est quand même meilleur, je trouve, avec des patates douces !).
  • Remplacer les carottes par des panais.
  • Remplacer le lait de coco par une crème végétale : soja ou riz pour une version sans gluten, avoine ou épeautre sinon.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.

04 février 2014

Salade à l'avocat, au millet et à la grenade, sauce au kaki

salade avocat millet grenade pignons chanvre kaki

Vous avez un peu abusé côté crêpes le week-end dernier ? Pas de panique, préparez-vous vite une belle salade gourmande, pleeeiiine de bonnes choses, et il n'y paraîtra plus. De la laitue et des pignons de pins croquants, du millet riche en protéines, de l'avocat et de l'huile d'olive pour le bon gras, de jolies arilles de grenade, du kaki, de l'acérola et du citron (rien que ça) pour la vitamine C et les antioxydants, des graines de chanvre pour leur teneur équilibrée en oméga-3 et oméga-6 (liste non exhaustive, vous l'aurez compris). L'ail et le vinaigre de cidre ? Difficile de lister tout ce qu'ils contiennent de bon sans risquer de perdre la moitié de mes lecteurs en cours de route.

La disparition de cette salade en un clin d'oeil a confirmé l'addiction sévère des princesses sainbiosis à la salade verte et à l'avocat. Aussi, qu'il n'y a rien de meilleur que les salades comme celle-ci pour faire le plein d'énergie, indispensable à cette saison plus que pendant le reste de l'année.

Vous me suivez pour la recette ?

Salade à l'avocat, au millet et à la grenade, sauce au kaki (vegan/sans gluten)
(pour 4 personnes en plat principal)

200 g de millet
1 petite laitue
1 avocat + 2 cs de jus de citron
Les arilles d'1/2 grenade
1 poignée de pignons de pin
2 cs de graines de chanvre décortiquées

Pour la sauce :

1 gros kaki bien mûr
2 gousses d'ail pelées et écrasées
3 cs de vinaigre de cidre
3 cs d'huile d'olive
1 cs de shoyu
1/2 cc de poivre blanc fraîchement moulu
1 cs d'acérola en poudre

Rincer le millet, le placer dans une casserole sur feu doux avec deux fois son volume d'eau (filtrée si possible), porter à frémissements et cuire jusqu'à complète absorption.

Pendant que le millet cuit, laver et égoutter les feuilles de salade. Couper l'avocat en deux, retirer son noyau et l'éplucher, le couper en fines tranches et le citronner pour qu'il ne noircisse pas. Couper la grenade en deux, éplucher une moitié, puis travailler avec les mains dans un saladier plein d'eau pour séparer les arilles, qui coulent, des membranes, qui flottent. Torréfier les pignons de pin à sec dans une petite poêle sur feu moyen.

Placer la laitue, le millet, l'avocat, les arilles de grenade, les pignons de pin torréfiés et les graines de chanvre dans un grand saladier.

Préparer la sauce en mixant tous les ingrédients. Ajouter de l'eau (filtrée si possible) jusqu'à obtenir la consistance que vous aimez. Verser sur la salade et servir aussitôt.

Variantes

  • Remplacer le millet par une autre céréale (orge, petit épeautre, par exemple) ou par du quinoa.
  • Ajouter des carottes et/ou des betteraves râpées.
  • Remplacer les pignons de pin par des fruits secs éventuellement torréfiés et concassés : noisettes, amandes, etc.
  • Remplacer les graines de chanvre par des graines de sésame, de courge, de tournesol, de pavot, etc.
  • Remplacer le kaki par une poire, c'est aussi de saison.
  • Varier vinaigre et huile : vinaigre balsamique, huile de colza, de noix ou de graines de courge.
  • L'acérola est facultatif et peut être remplacé par le jus d'un citron en remplacement du vinaigre de la sauce.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.



Fin »