houmous oseille mungo

Je passe en coup de vent en ce début de long week-end pour vous présenter un des derniers houmous préparés chez nous, qui a été très apprécié par la grande princesse sainbiosis. Un houmous tout vert, printanier, fort en goût grâce à l'ail et surtout à la saveur piquante et acidulée de l'oseille, dont c'est la pleine saison (dans notre jardin du moins).

Avez-vous l'habitude de cuisiner cette plante herbacée ? Moi, pas tellement. A part des petits flans il y a cinq ans (!) et le classique velouté que je prépare comme celui au cresson, rien à signaler jusqu'à aujourd'hui. Mais ce houmous sera sur ma to-do list printanière toutes les prochaines années, c'est sûr.

oseille1 oseille2

La saveur de l'oseille se rapproche de celle de sa cousine sucrée la rhubarbe. Si vous aimez cette dernière, vous devriez aimer l'oseille ! Comme la rhubarbe (et les épinards d'ailleurs), elle est riche en acide oxalique, qui diminue l'absorption du fer et du calcium. Cependant, comme elle est également riche en vitamine C qui, elle, favorise l'absorption du fer, et que j'ai ajouté plein de sésame riche en calcium, tout cela ne me semble pas dramatique. Et comme en plus elle est pleine d'antioxydants, ne dites jamais non à un petit houmous à l'oseille.

Et vous, que faites-vous avec un beau bouquet d'oseille ?

Bon week-end gourmand !

Houmous aux haricots mungo et à l'oseille
(pour 1 petit saladier)

150 g de haricots mungo (crus)
1 morceau d'algue kombu
1 beau bouquet d'oseille (100 g)
2 cs très bombées de purée de sésame (tahin) semi-complet
2 gousses d'ail
Le jus d'1 citron
1/2 cc de sel de l'Himalaya (ou de mer gris)

Pour la déco :

2 cs d'huile d'olive vierge de première pression à froid
1 cc de graines de sésame blond complet, toastées
Quelques pâquerettes (oui, c'est comestible !)

Faire tremper les haricots mungo dans un grand saladier d'eau (filtrée si possible) pendant 24 heures. Rincer soigneusement et égoutter, puis les placer dans une casserole d'eau froide avec l'algue kombu, porter à petite ébullition et laisser cuire à frémissements pendant 30 minutes.

Pendant la cuisson des haricots mungo, équeuter, laver et égoutter les feuilles d'oseille. Éplucher et laver les gousses d'ail.

Égoutter les haricots mungo et retirer l'algue kombu*.

Placer tous les ingrédients dans le bol d'un mixeur ou d'un blender et mixer finement.

Transvaser dans un grand bol, arroser d'huile d'olive, saupoudrer de graines de sésame, ajouter les pâquerettes et réserver au frais, couvert, jusqu'au moment de servir (au moins 1 heure pour que les saveurs se développent).

* Utilisez-la dans un tartare d'algues, par exemple.

Variantes

  • Remplacer les haricots mungo par des pois chiches ou toute autre légumineuse de votre choix (mais la couleur ne sera pas aussi sympa avec des lentilles corail, pour sûr).
  • Remplacer l'oseille par d'autres feuilles : fanes de radis, de betterave, de carotte ou de navet, épinards, kale, etc.
  • Remplacer la purée de sésame semi-complet par de la purée de sésame blanc.

Les textes et les photos, sauf mention contraire, sont la propriété de sainbiosis et ne sont pas libres de droits.
Toute reproduction de ce blog et de son contenu est interdite sans la permission écrite de sainbiosis.